• Accueil
  • Mon Cadre de Vie
  • Environnement

Environnement

Située entre mer et lagunes, Palavas-Les-Flots dispose d’une faune et d’une flore exceptionnelles. De par cette situation, la préservation environnementale constitue une des priorités de la Ville. Le territoire est d’ailleurs classé NATURA 2000 et Zone Humide d’Importance Internationale.

Réserve Marine de la Côte Palavasienne


La Réserve Marine de la Côte Palavasienne (RMCP) est une zone de cantonnement de pêche sur le banc rocheux de Porquières, au large de la ville en mer. Elle s’étend sur 100 hectares. 

L’objectif  de la RMCP est de garantir un espace protégé pour préserver la faune et la flore naturelle et ainsi assurer une biodiversité marine.

Activités autorisées

Placée sous surveillance, la RMCP peut être traversée en bateau. Elle se divise en deux zones : 

  • Zone de protection renforcée : interdiction de mouiller, aucune activité nautique n’est autorisée.
  • Zone règlementée : plongée et mouillage autorisés.

La RMCP est délimitée par 4 bouées jaunes, tandis que deux bouées plus petites indiquent la zone de plongée.


Contacts

Association de Gestion de la Réserve Marine de la Côte Palavasienne
Mairie de Palavas-les-Flots
16 Boulevard Maréchal Joffre
BP 106
34250 Palavas-les-Flots

07 69 90 89 59
agrmcp34 @gmail.com

Engagement zéro phyto

Afin de réduire l’utilisation de produits phytosanitaires pour protéger notre environnement, la Ville de Palavas-Les-Flots a adhéré à la charte « Objectifs Zéro Phyto ».

Adoptée en 2011, la démarche « Zéro Phyto » est concluante puisque nous avons obtenu le niveau « 2 rainettes ». 

Dans notre ville, l’utilisation des pesticides a été abandonnée sur les voiries, les espaces verts et le cimetière.

Trait de côte « Palavas horizon 2050 : Maintenir notre plage et préserver notre littoral »

Toutes les communes de bord de mer sont confrontées au même problème, la disparition ou la production de sable sur leur littoral. Le littoral n’est pas un milieu immuable, mais fluctue sous l’effet combiné de processus naturels, ainsi que de l’action de l’homme, digues, aménagement des ports, assèchement des marais, apports de sable. Lieu de loisirs, de villégiature, de développement économique, il convient de gérer au mieux ces évolutions, notamment en ce qui concerne le trait de côte.


LE TRAIT DE CÔTE C’EST QUOI ?

Le trait de côte pourrait se définir comme une limite entre la terre et la mer. Reste qu’il peut être variable en intégrant des facteurs à la  fois humains, climatiques, géologiques, écologiques, socio-économiques, mais aussi historiques et culturels. Il est donc primordial, eu égard à la complexité d’études d’un milieu naturel particulièrement changeant, de mutualiser, fédérer et partager les connaissances et les  compétences pour préserver et régénérer le littoral. À Palavas, dans un premier temps deux caméras seront installées pour analyser le flux et le reflux du trait de côte.

UNE ÉQUIPE PLURIDISCIPLINAIRE

La Ville a choisi de construire un partenariat sur cinq ans avec une équipe pluridisciplinaire, tournée vers la conservation du littoral Palavasien grâce à une méthodologie innovante. Ce programme appelé « Palavas Horizon 2050 » s’inscrit dans une vision universitaire et technique. Scientifiques, chercheurs et étudiants spécialisés dans ce domaine, seront associés au projet via un regroupement nommé  GLADYS et GéoCoast. Ce projet pourrait être soutenu par l’Agglomération du Pays de l’Or au titre de sa compétence GEMAPI (gestion des milieux aquatiques et protection contre les inondations).

LE PROFESSEUR BOUCHETTE

Le chef de file du projet est le professeur Bouchette du laboratoire Géo-Sciences de Montpellier-Université. Parmi ses nombreuses distinctions le professeur Bouchette s’est vu décerner le prix «  Chercheur d’avenir » en 2012, et a été primé en 2010 de l’ «Excellence scientifique ».

TROIS ZONES

Pour la Ville, réaliser un état complet et homogène des connaissances du littoral palavasien est un vrai travail de fond. Nous innovons dans l’approche scientifique et la coopération, et ne nous interdisons rien, même sur le plan technologique. La plage est le joyau de la commune, même le coût budgétaire, 10M€ ne nous fera pas reculer. Nous espérons pouvoir récupérer 30 mètres de sable supplémentaire. Selon l’étude proposée par GLADYS, notre littoral est découpé en trois zones. La zone 1 qui s’étend à l’ouest de la commune est armée de double brise-lames, dont certains ont favorisé l’édification de tombolos (cordon de sédiments). La zone 2 centrée sur le port est liée à l’ensablement de l’entrée du port au niveau de la plage du centre ville. La zone 3 à l’est de la commune porte sur la quantité de matériel grossier (conglomérat, débris) déposés par la mer, notamment lors de fortes tempêtes, qui augmentent au fil du temps et favorise la raréfaction du sable.

SUSCITER L’ADHÉSION DES COLLECTIVITÉS

Le sable étant le meilleur défenseur du littoral, il convient d’observer et de mesurer l’énergie qui se déploie sur les plages, afin de contrôler le sable. Le débat actuellement initié par l’état sur le littoral, définit la notion de plage selon trois critères : naturelles, semi-urbaines et urbaines. En lançant « Palavas Horizon 2050 » la Ville espère agréger le plus de collectivités territoriales pour l’accompagner. Les études seront confiées au réseau GLADYS regroupant 100% de potentiel universitaire en matière d’hydro-morphodynamisme des plages sablonneuses et des zones portuaires.


Les toilettes et l'évier ne sont pas des poubelles !

Ne pas jeter

Matières solides :

  • Lingettes
  • tampons et serviettes hygiéniques
  • Préservatifs
  • Fil dentaire
  • Cotons-tiges
  • Cheveux

Déchets alimentaires :

  • Résidus de table (graisse et os)

Résidus domestiques dangereux :

  • Huile à moteur
  • Peinture
  • Médicaments
  • Produits d'entretien

Taille minimale de capture des poissons